flèche avantflèche suivant
mai 2017
L M Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Philippe ADRIEN

Né en 1939 à Savignies, Oise
Auteur, scénariste et metteur en scène, Philippe Adrien mêle intimement ses différentes pratiques artistiques.
Dans un premier temps, l'écriture apparaît dans son parcours comme une nécessité quasi vitale de faire face à une expression véhémente, brutale, voire triviale pour se dégager d'impressions douloureuses ou traumatiques en relation plus ou moins directe avec la biographie apparemment sans histoire de quelqu'un né dans une famille d'origine provinciale. De 1965 à 1972, ses pièces sont d'inspiration "farcesque paranoïaque" : un personnage ou plusieurs se trouvent accablés sous un déferlement d'invectives et de paroles affolées. Ce sont les cinq pièces en un acte de En passant par la Lorraine (toutes créées dont deux par l'auteur), ou encore La Baye, La Révélation, Albert Ier, Les Bottes de l'ogre. Il a alors comme metteur en scène Antoine Bourseiller, Jean-Marie Serreau, Gabriel Garran...
A partir de 1972, Philippe Adrien passe à la mise en scène. Sa pratique d'écriture accompagne son activité de metteur en scène et se limite aux interventions indispensables dans le cours de son travail de création de spectacles. Le texte est alors considéré comme susceptible de modifications et d'adaptations diverses. Le travail de Philippe Adrien reposant sur la capacité de tous les artisans du spectacle à proposer eux-mêmes les enjeux de la représentation théâtrale, il se donne donc lui aussi en tant que metteur en scène et auteur dramatique la possibilité d'intervenir pour ordonner et formuler le propos diffus de l'équipe de création. C'est ainsi qu'un certain nombre de textes sont des adaptations du matériau extrait en cours de répétitions, et sont élaborés à partir d'un travail dramaturgique et littéraire effectué à chaud lors de travaux d'acteurs et d'improvisations en commun. Cela donne : La Douloureuse Mutation des Zuppattes, Monsieur Ducommun a peur des femmes, La Résistance, L'Oeil de la tête - Effet Sade, Représentation.
D'autres textes naissent à l'occasion de commandes : à l'initiative de Jean-Pierre Miquel et de la Comédie-Française, il écrit une pièce biographique sur Molière, Le Défi de Molière, créée au Centre dramatique de Reims en 1979 quand Jean-Pierre Miquel en prend la direction. C'est aussi à partir de la commande d'un spectacle pour jeunes spectateurs que surgit l'idée d'une pièce dans l'esprit du Grand Guignol, et qu'il élabore La Funeste Passion du professeur Forenstein (1982).
Il adapte également Ivan Vassilievitch de Mikhaël Boulgakov, Auguste, Auguste, Auguste de Pavel Kohout, crée L'Excès (1973) d'après Georges Bataille et Une Visite d'après Franz Kafka (1981).
Cette pratique d'écriture sporadique reprend à partir de 1987 avec la constitution d'un bureau de scénaristes "Mac Guffin et scenarii" pour lequel Philippe Adrien s'investit dans l'adaptation et la création de récits pour la télévision et le cinéma. En collaboration avec Bertrand Blier, il écrit le scénario de Breakdown. Avec Diane Kurys, il fait Cocktail Molotov, avec Mac Guffin et Scenarii : Sainte Cavale. Il coécrit le scénario et les dialogues de Champollion d'après Jean Lacouture. Il coécrit et réalise également un court-métrage, Métempsycose, qui obtient le prix du Festival de Clermont-Ferrand, le prix FR3, et la prime à la qualité du Centre national de la cinématographie.
Parmi ses mises en scène, il propose des textes "classiques" mais aussi de nombreuses pièces contemporaines. Il passe ainsi de Georges Dandin (1977), Don Juan (1978), Monsieur de Pourceaugnac (1981) de Molière, La Méprise et Les Acteurs de bonne foi (1987) de Marivaux, L'Annonce faite à Marie de Claudel (nominée pour la mise en scène au prix Dominique et aux Molières 1991), Le Baladin du monde occidental de Synge (1992), à Grand-peur et misère du IIIe Reich de Brecht (1992), En attendant Godot de Beckett (1993) ou encore à des pièces de Philippe Madral, Qu'est-ce qui frappe ici si tôt ? (1973), Peter Handke, Le Pupille veut être tuteur (1975), Serge Ganzl, Dialogades (1973) et Albertine (1975), Witkiewicz, La Poule d'eau (1980), Heiner Müller, La Mission (1982) etc. Il collabore plusieurs fois avec Enzo Cormann : Ké Voï (1984), Rêves d'après Kafka dans une adaptation de Cormann (Prix de la critique 1985), Sade, Concert d'enfers (1989). Il crée encore Des Aveugles d'Hervé Guibert et Drames de la vie courante de Cami. En 1994, il met en scène Atchine, You You, Vidosav Stevanovic, Jeanne du Métro, Armando Llamas, Gustave n'est pas moderne, et Jean-Claude Grumberg, Maman revient pauvre orphelin.
Ses spectacles sont créés au Théâtre de la Tempête mais aussi dans les grands théâtres nationaux : Odéon, Théâtre de l'Europe, Théâtre de la Colline, Théâtre national de Strasbourg, Comédie-Française, ou encore à La Bastille, au Théâtre des Amandiers de Nanterre, dans des Centres dramatiques nationaux etc. et sont repris en tournée en France et à l'étranger.
Parallèlement, depuis 1985, il dirige l'Atelier de Recherche et de Réalisation Théâtrale (ARRT) de la Cartoucherie et est professeur au Conservatoire national supérieur d'art dramatique.

 

adaptation | scénario | théâtre | 

adaptation
Une Visite (1981) ++
Représentation (1976) ++
L'Oeil de la tête - Effet Sade (textes de Sade et montages) (1975) ++
La Résistance (1974) ++
L'Excès (1973) ++
Ivan Vassilievitch (1971) ++
Auguste, Auguste, Auguste (1971) ++
Monsieur Ducommun a peur des femmes (1971) ++
La Douloureuse Mutation des Zupattes (1969) ++

scénario
Métempsycose (1990) ++
Champollion (1988) ++
Breakdown (1967) ++
Cocktail Molotov ++
Sainte-Cavale ++

théâtre
La Funeste Passion du professeur Forenstein (1981) ++
Le Défi de Molière (1977) ++
Les Bottes de l'ogre (1974) ++
La Révélation (1968) ++
Albert 1er (1968) ++
La Baye (1967) ++
Arrête d'être belle (1965) ++
Attends que je me lève (1965) ++
Le Remède (1965) ++
Adrame (1965) ++
Les Croisés (1965) ++
Le poisson turc ++
 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z