flèche avantflèche suivant
septembre 2017
L M Me J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
Gabriel COUSIN

Né en 1918 à Droué, Loir et Cher.
Né dans un milieu ouvrier, apprenti métallurgiste dès l'âge de 13 ans, il est ajusteur jusqu'à 20 ans. Passionné de sport, athlète de compétition, la guerre de 39 stoppe sa carrière sportive. Il s'initie à la danse avec Jean Sery et à l'art dramatique avec, entre autres, Charles Dullin, Jean-Louis Barrault, Roger Blin, et particulièrement Claude Martin et Jean-Marie Conty.
A la Libération, il organise la pratique du sport dans les usines et fait partie d'une jeune troupe de théâtre "Les Compagnons de la Saint-Jean". Il s'installe à Grenoble (il y restera 33 ans), y travaille avec Jean Dasté et participe à l'équipe créatrice de "Peuple et Culture" avec Joffre Dumazedier. Il mène en parallèle ses activités de professeur d'éducation physique et sportive (de 1948 à 1963), d'entraîneur d'athlétisme et celles d'animateur culturel.
De 1965 à 1980, devenu conseiller technique et pédagogique au Secrétariat d'Etat Jeunesse, Sport, Loisirs pour la formation d'animateurs de théâtre, il met au point une pédagogie de synthèse intitulée "Expression-communication pour la méthode de groupe psycho-corpo-sensorielle". Parmi ses élèves figurent André Dussolier, Georges Lavaudant, Ariel Garcia-Valdès, Yvon Chaix etc. Des centaines de stagiaires passent dans ses cours et dans ses renommés stages d'été de Tournon. Après 1980, il continue d'animer des stages d'éveil à l'écriture et à la création.
Gabriel Cousin commence à écrire vers 1948, à 30 ans, des poèmes et des articles sur les rapports de la culture et du sport. Encouragé par Paul Léautaud et Claude Roy, il publie son premier recueil chez Seghers. En 1952, la rencontre du critique et linguiste Georges Mounin est décisive pour sa vocation poétique. L'ordinaire amour (1958), Nommer la peur (1966), Au milieu du fleuve (1971), Poèmes d'un grand-père pour de grand enfants (1980), Variation pour des musiques de chambres (1980), L'ordinaire amour II (1982) sont ses principaux recueils. Plusieurs plaquettes érotiques sont éditées et Marc Pessin réalise des éditions illustrées en bibliophilie.
C'est à partir de 1956 que Gabriel Cousin se met à écrire pour le théâtre. Le Drame de Fukuryu-Maru , pièce qui dénonce le danger nucléaire, est programmée au TNP en 1959 par Jean Vilar mais sa création est retardée par la mort de Gérard Philipe puis interdite jusqu'au vote de la force de frappe française! C'est finalement Jean Dasté qui la crée en 1963. Suivront une quinzaine de pièces représentées en France et souvent aussi à l'étranger. La plupart ont été diffusées sur France-Culture. Sa dernière pièce à ce jour : Passion de Marie-Clémence devait être créée par Antoine Vitez. La mort de ce dernier interrompt le projet.
De pièce en pièce, il essaye tous les tons, toutes les techniques, passant du comique au tragique, de la farce à la poésie, du dépouillement au faste le plus spectaculaire. Il est de ceux qui conçoivent le véritable théâtre populaire comme une fête lucide.
Il est également l'auteur de plusieurs téléfilms diffusés sur FR3 et collabore à de nombreuses revues et anthologies. En 1990, il écrit en prose son premier recueil de nouvelles. Plusieurs manifestations ont été organisées autour de son oeuvre, sa dramaturgie a fait l'objet de thèses de doctorat.
Depuis 1977, il vit sur une colline, au Mas Saintes Puelles dans le Lauragais.
"Gabriel Cousin écrit comme un artisan travaille. Tout proche encore de ses origines ouvrières, il a conscience, abordant le théâtre, d'exercer un métier (...). Il n'est l'épigone d'aucun maître; s'il nous propose un théâtre militant, il ne se range à aucun titre sous la bannière d'une école. Tout au plus, peut-on faire remarquer, pour définir sa place dans le mouvement dramatique contemporain, que son seul système consiste à mettre en honneur sur la scène une dynamique corporelle et sensorielle, mieux pratiquée jusqu'ici en Extrême-Orient que sur nos rivages (...). L'homme tout entier, coeur et tête, corps et imagination, est mis en jeu dans une telle dramaturgie."
Robert Abirached. Extrait du programme, Festival du Jeune Théâtre Arras, 1966.

 

livret |  |  | 

livret
Alchimie des villes (1970) ++
(1964) ++

La Femme-eau (1980) ++
Le Pays nu (1976) ++
L'Etrange Histoire d'une aboyeuse (1974) ++
La Femme et l'enfant (1973) ++
Si l'on parlait du pays en Trieves (1970) ++
Vie et Mort de l'homme d'aujourd'hui (1970) ++
Une Blanche un noir (1967) ++
Les Animaux domestiques (1966) ++
Histoire de jeune femme (1965) ++

(1987) ++
(1987) ++
(1987) ++
Visages (1986 - 1987) ++
Le Travesti (1986) ++
(1985 - 1988) ++
Les Trois Pouvoirs (1985) ++
Conte du vieillard et de l'enfant (1984) ++
Conte des cosmonautes du futur (1984) ++
Conte du cheval (1984) ++
(1984) ++
Princesse d'Este (1984) ++
Rencontre de Louis XIV et Louise Michel (1984) ++
Les Types humains (1984 - 1986) ++
Monde en chantier (1983 - 1984) ++
Le Chef de chantier (1983) ++
Le Couple bourgeois (1983) ++
Le Patron de bistrot (1983) ++
(1983) ++
(1983) ++
Caresses Parures (1983) ++
Le Transsexuel (1982) ++
(1982) ++
La Bourgeoise perverse (1982) ++
Chant pour un homme et une femme dans la ville (1981) ++
(1980) ++
La Folie (1978) ++
Oratorio pour une vie (1976) ++
En marche l'un vers l'autre (1976) ++
Oratorio pour une ville ou Villes alchimiques (1974 - 1977) ++
La Confession de Copenhague (1968) ++
Vivre en 68 (1968) ++
L'Orchestre mixte ou Le Voyage dans le Sud (1967) ++
Le Bordel (1967) ++
Le Cycle du crabe (1966 - 1967) ++
L'Avocate noire (1966) ++
(1966 - 1967) ++
Cancer sur la terre (1965) ++
La Descente sur Recife (1965 - 1970) ++
Amour noir et blanc (1963) ++
(1962) ++
(1961 - 1962) ++
L'Aboyeuse et l'automate (1957 - 1961) ++
Le Drame du Fukuryu-Maru (1955 - 1958) ++
(1955) ++
Jeu de l'Homme et du travail (1953) ++
L'Usine-L'Officina (1950 - 1951) ++
 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z