flèche avantflèche suivant
juillet 2017
L M Me J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Jean-Jacques VAROUJAN

Né en 1927 à Marseille, Bouches-du-Rhône
Décédé en 2005
"Je suis né par hasard à Marseille. Lorsque mon père est arrivé à Marseille, après avoir échappé aux massacres arméniens, il a dû, pour une raison de passeport, renoncer à son projet américain, il a choisi de s'arrêter. Important comédien, il a recréé là une troupe d'amateurs en langue arménienne. J'y disais des poèmes en lever de rideau. Puis, à Paris, j'ai découvert mon père jouant les classiques traduits. Jusqu'au lycée, Molière et Shakespeare ont été pour moi des auteurs arméniens... Mon père s'appelait Joseph Ouzounian. Un nom que je me refuse à porter comme auteur parce que c'est un nom "traduit en turc", par autorité des occupants de mon pays."(1)
Dans son parcours d'auteur, la rencontre avec Pierre Fresnay est déterminante. Lui ayant fait parvenir à tout hasard l'une de ses pièces, Jean-Jacques Varoujean a l'heureuse surprise d'être non seulement contacté et encouragé par Pierre Fresnay mais également engagé un an plus tard au Théâtre de la Michodière. Il y reste 6 ans, de 1952 à 1958, comme assistant, metteur en scène, régisseur de Pierre Fresnay et François Périer. En 1956, Pierre Fresnay crée à la radio Concerto que Jean-Jacques Varoujean considère comme sa première pièce. En 1957, Concerto est créé au Théâtre de L'Oeuvre dans une mise en scène de Jean Chapot. A cette époque, Jean-Jacques Varoujean est également directeur de scène et acteur sur la tournée des Possédés d'Albert Camus. En 1961, il obtient le prix d'art dramatique d'Enghien avec Façades à la faveur de quoi il est nommé journaliste TV au Parisien où il travaillait depuis deux ans comme archiviste. Façades est réalisé à la télévision par Roger Kahane qui avait déjà mis en image une autre dramatique de Jean-Jacques Varoujean, Eaux dérobées et qui réalisera encore Ainsi font.
En 1967, à la demande de Madelaine Renaud il écrit La Ville en haut de la colline. Créée en 1969 à la télévision et éditée la même année par Jacques Lemarchand à la NRF la pièce est représentée au théâtre près de 20 ans plus tard et obtient alors le Masque d'Or 88 du meilleur texte contemporain. De même après la création de Concerto, 15 ans s'écoulent avant qu'une de ses pièces soit à nouveau représentée : Heureusement ce n'est pas tous les jours Dimanche (1972). L'année suivante, Viendra-t-il un autre été est mise en scène par Jacques Spiesser au Petit-Odéon. En 1975, Etienne Bierry porte avec grand succès à la scène La Caverne d'Adullam au Poche Montparnasse. La pièce cependant avait été écrite en 1966... Dorénavant, une à deux pièces de Jean-Jacques Varoujean sont créées régulièrement chaque année entre autres par Roland Monod : De qui sont-ce les manches (Petit-Odéon, 1977), Les Baigneuses de Californie (Petit-Odéon, 1986), L'Ankou (Théâtre de l'Est Parisien, 1989), Régis Santon : La Vague (Nouveau Carré, 1978), Les Baracos (Chaillot-Gémier, 1978), Christian Le Guillochet : Façades 1 (1979), Mort d'un oiseau de proie (Lucernaire, 1980), Façades 2 (Lucernaire, 1986), Georges Vitaly : Le Roi des Balcons (1980. Prix Lugné Poe, 1981), Etienne Bierry : Baron, Baronne (Poche Montparnasse, 1982), Pierre Vielhecaze : La Tonnelle orange (1983), Pierre Constant : Papiers d'Arménie (Essaïon, 1987), Françoise Seigner : Les Filles de la voix (Théâtre des Célestins de Lyon, 1989), Guy Retoré : Chacun pleure son Garabed (Comédie de St Etienne et Théâtre de l'Est Parisien, 1991). Ce sont encore Prométhée XII (opéra), Erevan (1995), La Cocona (Théâtre Essaïon, 1997), Des Harengs rouges (Théâtre Montmartre-Galabru, 1997). Ces créations ne concernent toutefois qu'une partie de l'oeuvre de l'auteur : une trentaine de pièces portées à la scène sur un total de plus de quatre vingt pièces... Parmi elles, une vingtaine ont été éditées chez Gallimard (où Varoujean a été conseiller littéraire jusqu'en 1985), puis aux éditions Astrid, à l'Avant-Scène et chez Actes Sud Papiers.
Parmi ces dernières pièces : Mort et transfiguration (1995), La Pharmacienne et le café turc (1995), L'Apapat (1995), La Colline des hirondelles (1996), Le Ciel plus jamais ne sera bleu (1996).
A partir de 1996, il ne signe plus que Varoujan (sans le "e" et sans le prénom) : L'Amazone (1996), L'Aître (1997), Judith et Holopherne (1997), Le Cerf (1997), Transit (1997), Mais qui donc a bloqué l'escalator ? (1997), Yok (1998), L'Aquarium (1998), La Voix et le mouvement (1998) Est-ce que (1998), Artiok (1998).
Il a par ailleurs écrit des dramatiques pour la télévision, quatre essais publiés aux éditions Kirk : Si c'est rond... (Tentative) (1985), C'est pas carré (Tentative II) (1986), 2015 (Tentative III) (1989), La Quadrature du siècle, Tentative IV (1996), une adaptation de Sholem Ash : Dieu de vengeance (Arche, 1989) et Des Harengs rouges (Ed. des Quatre Vents, 1996).
Jean-Jacques Varoujan est décédé à Paris le 2 avril 2005.
"Il y a, en chacun, quelqu'un de plus grand, que l'on ignore. Les mots ne sont que mécaniques. Il faut lutter, nous le savons aussi, contre la destruction par l'argent ou à coups de bulldozer, de l'homme : lutter, nous le savons bien, contre cette sottise qui engendre toutes les formes de perversion, d'intolérance, d'incompréhensions.
Le théâtre rend possible l'approche, au plus près, de cet "ailleurs où est la vie" dont parlait Rimbaud. Mais, plus encore, il peut faire un choix humain qui, de ce fait, deviendrait un acte politique. Il peut non seulement parler de celui, de celle qui, sous le vocable anonyme de spectateur (ce mot couleur de foule) est dans la salle, mais aussi, et surtout, il peut lui donner la parole. Pourquoi serait-ce toujours des nantis, des Princes, des Figures historiques qui auraient le droit de se montrer sur le théâtre ? Pourquoi serait-ce toujours l'Auteur, le metteur en scène qui détiendraient le privilège de la parole, le choix de ce dont il faut parler ? (...)
Placer la barre au-dessus des forces humaines et demander à ses personnages de sauter, de s'élever... quelle plus belle preuve d'humilité et d'amour le théâtre peut-il donner à ceux qui se reconnaissent dans ce qu'on appelle des petites gens, enfin réhabilitées ? Au bout de quoi, la vie, immanquablement, sera différente. Au bout de quoi nous serons, tous, autres, heureux, après ce jeu-là, si nous ne l'étions pas avant, malheureux enfin si nous avions eu la suffisance et la vanité de nous croire comblé. Le théâtre, tout comme le feu, doit broyer, purifier ou tuer." (...)
Quid de l'homme ? Quid de ce monde ?... Il ne faudrait pas que l'on en arrive, un jour, à poser ces questions pour avoir isolé l'homme et le monde, comme on isole un virus, c'est-à-dire ayant commis la faute irréparable de les séparer du théâtre.
Quant à ma biographie, elle se résume ainsi : "Je suis vivant de la vie de milliers d'âmes mortes, celle d'enfants à qui on a ôté la vie avant l'heure par la violence. Ce sont eux qui sont en moi. Par là seulement je suis encore un être quelque peu nécessaire... J'ai donc, je le sais maintenant, travaillé jusqu'à ce jour par la grâce de ceux qui ont opéré en moi. Eux, disparus sans être apparus. Sortis du néant pour être aussitôt anéantis. Passés de la non-existence à la mort, par le droit fil de l'épée. Comme si la naissance elle-même mourait." (2) Ma biographie, c'est la leur, exterminés au cours du génocide des Arméniens en 1915.
(1) in L'Avant-Scène Théâtre n°707, avril 1982
(2) in 2015 Tentative III, Ed. Kirk, 1989

 

adaptation | livret | radio | scénario | scénario télé | théâtre | 

adaptation
Le Dieu de vengeance (1988) ++
Molière (1981) ++

livret
Prométhée XII (1995) ++
Prométhée 12 (1988) ++
Pickaback (1968) ++

radio
Lady Aïp (1993) ++
La Mer des histoires (1986) ++
Mme Anaïd (1981) ++
Place de Clichy (1978) ++

scénario
Rue Mogador (1978) ++

scénario télé
Y'a rien eu ? (1982) ++
Le Diable couleur de rose (1979) ++
La Convocation (1979) ++
Le bien entendu (1966) ++
Ainsi font font (1966) ++
Malins plaisirs (1966) ++
Ainsi font (1966) ++

théâtre
Abisag (2000) ++
Yok (1998) ++
L'Aquarium (1998) ++
La Voix et le mouvement (1998) ++
Est-ce que (1998) ++
Artiok (1998) ++
L'Aître (1997) ++
Judith et Holopherne (1997) ++
Le Cerf (1997) ++
Transit (1997) ++
Mais qui donc a bloqué l'escalator ? (1997) ++
La Cocana (1996) ++
La Colline des hirondelles (1996) ++
Le Ciel plus jamais ne sera bleu (1996) ++
L'Amazone (1996) ++
Erevan (1995) ++
Mort et transfiguration (1995) ++
La Pharmacienne et le café turc (1995) ++
L'Apapat (1995) ++
Les Aristofemmes (1994) ++
Zavata est mort (1994) ++
Croix gammée (1994) ++
Ceci, cela (1993) ++
Les Moutons (1993) ++
Des Harengs rouges (1992) ++
Les 40 Jours de Massada (1992) ++
Rayah (1992) ++
Ce quelqu'un de la veille (1992) ++
Quand fera-t-il jour ? (1991) ++
Pour Hécube (1991) ++
La Femme et le dragon (1991) ++
Un drôle de vent sous la terre (1990) ++
Ma Reine mère (1990) ++
Kemal (1989) ++
Les Couteaux aveugles (1989) ++
Chacun pleure son Garabed (1988) ++
La Dame-d'onze-heures (1988) ++
Incertain Croulle (1987) ++
Adorra ou Le Cimetière des éléphants (1987) ++
L'Enfeu sous la mer (1987) ++
L'Ankou (1986) ++
Façades 3 (1986) ++
Papiers d'Arménie (1985) ++
Le Piqueur de Sycomores (1985) ++
70 000 brasses d'eau (1985) ++
Façades 2 (1984) ++
L'Os (1984) ++
Les Pétales de la fête Dieu (1983) ++
Histoire d'une femme (1983) ++
Tul avuc tin do, si tu peux (1982) ++
Les Filles de la voix (1982) ++
Les Mingos (1982) ++
Le Chien 'aime pas le tango (1982) ++
Thank you, sir (1981) ++
Petrus ou la cheminée d'Alfortville (1981) ++
Les Baigneuses de Californie (1980) ++
Soleil de mars (1980) ++
Cendre rouge (1979) ++
Le Roi des balcons (1979) ++
Apsoss (1979) ++
La Tonnelle orange (1978) ++
La Vague (1978) ++
Baron, Baronne (1978) ++
Le Quatrième Mur (1977) ++
Notre-Dame de l'abus de confiance (1977) ++
Le Brûlat (1976) ++
Juste encore une fois (1976) ++
De qui sont-ce les manches (1975) ++
Mort d'un oiseau de proie (1974) ++
Les Baracos (1973) ++
Heureusement ce n'est pas tous les jours dimanche (1972) ++
1915 (1970) ++
Les Clairons de couleur (1970) ++
Les Chères Breloques (1970) ++
Viendra-t-il un autre été ? (1968) ++
La Chamaille (1967) ++
La Ville en haut de la colline (1967) ++
La Caverne d'Adullam (1966) ++
Les Parhélies (1964) ++
Le Monsieur en question (1962) ++
Façades (1960) ++
La Grande Voile des petites causes (1959) ++
Le Chèvre (1957) ++
Concerto (1956) ++
Une Hirondelle en hiver ++
L'Oiseau de feu et le Cheval gris ++
Le Palais du fond des mers ++
 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z