flèche avantflèche suivant
avril 2017
L M Me J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Jean-Christophe BAILLY

Né en 1949 à Paris
Ecrivain, poète et philosophe, Jean-Christophe Bailly commence à publier au milieu des années soixante-dix. Il fonde et dirige alors les revues Fin de siècle (1974-1977) et Aléa (1981-1989) chez Christian Bourgois éditeur, maison dans laquelle il dirige à partir de 1984 la collection "Détroits". Chez Hazan, il est directeur littéraire de 1983 à 1987, puis directeur de la collection d'histoire de l'art "35/37".
Sa rencontre avec Georges Lavaudant remonte à 1973, lorsque Jean-Christophe Bailly publie, en collaboration avec André Velter et Serge Seautrau De la déception pure, manifeste froid (Edité chez 10/18). Leur collaboration artistique pour le théâtre ne débutera que dix ans plus tard avec la création des Céphéides, mis en scène par Georges Lavaudant dans la Cour d'honneur du Palais des Papes pour le Festival d'Avignon 1983. Georges Lavaudant montera ensuite, entre autres, Le régent (TNP, 1987), Pandora (TNP, 1992), et en 2003, El Pelele à l'Odéon-théâtre de l'Europe.
Ensemble, ils montent Phèdre, de Racine en hindi, à Bhopal en 1990. Avec Michel Deutsch et Jean-François Duroure ils cosignent les Lumières I et II créées respectivement à Rennes et Villeurbanne, ainsi que la version russe, Otsviety, (Reflets), au théâtre Maly de Saint-Petersbourg en 1995. Par ailleurs Jean-Christophe Bailly travaille régulièrement depuis 1986 avec Gilberte Tsaï et a collaboré à la plupart de ses spectacles, notamment Turbulences, Voyage en Chine intérieure, Tableaux impossibles, La main verte, Fuocchi sparsi, Noces de Bambou, Sur le vif et Une nuit à la bibliothèque, en 2005.
Il a travaillé également avec Klaus Michael Grüber et Gilles Aillaud pour La medesima strada au Piccolo Teatro de Milan en 1988.
Par ailleurs Jean-Christophe Bailly publie également des essais : La légende dispersée, anthologie du romantisme allemand (UGE 10/18, 1976, réédition Christian Bourgois, 2001), Le 20 janvier (Christian Bourgois, 1980), Le Paradis du sens (Christian Bourgois, 1986), La comparution (avec Jean-Luc Nancy, Christian Bourgois, 1991), Adieu, essai sur la mort des dieux (Aube, 1993), Le propre du langage, voyage au pays des noms communs (Seuil, 1997), Panoramiques (Christian Bourgois, 2000), Poursuites (Christian Bourgois, 2003) Le Champ mimétique (Seuil, 2005), et, en 2003 un récit autobiographique : Tuiles détachées (Mercure de France).
Il est aussi l'auteur d'écrits sur l'art consacrés notamment à Jacques Monory, Marcel Duchamp, Kowalski, Gilles Aillaud, Kurt Schwitters, Dorothea Tanning et aux portraits de Fayoum.
Ses premiers textes sur l'architecture, l'urbanisme et le paysage datent du début des années 80. Il participe au comité de rédaction de la revue Lumières de la ville de 1991 à 1993. Il enseigne à l'Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage de Blois et participe à des jurys d'architecture.

 

adaptation | théâtre | 

adaptation
Commencements sans fin ++

théâtre
Villeggiatura (Polichinelleries) (2004) ++
Lumieres (I) près des ruines (1995) ++
La Main verte (1994) ++
Tableaux Impossibles (1991) ++
Le Régent (1986) ++
Lumières (II) sous les arbres ++
Les Céphéïdes ++
La Medesima strada ++
Pandora ++
El Pelele ++
Sur le vif-Fable mélancolique sur le déclin des espèces sauvages ++
Une nuit à la bibliothèque ++
Turbulences ++
Fuochi sparsi ++
 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z