flèche avantflèche suivant
septembre 2017
L M Me J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
Ronan

"Je suis né en 1974 à Brest, j'ai fait tout un tas de choses avant de me décider pour le théâtre (et encore ce n'est peut-être pas définitif), j'ai aimé passionnément les livres, j'ai un DEA de philosophie, j'ai énormément travaillé Kant, j'ai aussi fait beaucoup de musique et de peinture et j'y ai cru à chaque fois, je suis passé par l'édition, la formation, j'ai fait de très mauvais boulots aussi, surtout à partir du moment où j'ai décidé sérieusement d'être écrivain. J'ai réussi un jour à finir un roman, péniblement, où il était question à la fois de l'écrivain et de l'écriture, où différents plans narratifs se mélangeaient, avec aussi l'histoire d'une perte.
Et puis, le théâtre en quelque sorte est venu à moi.
En 2001, j'écrivais un petit texte, En tête, à la demande d'un jeune metteur en scène dont j'appréciais particulièrement le travail. Plus tard, il me demandait un monologue pour une comédienne, il voulait que j'écrive vraiment pour elle, alors j'écrivais Res/Persona, plus tard encore j'écrivais Fées. Pour ces deux textes, crées au CDN de Normandie et en tournée, j'ai reçu l'aide à la création (DMDTS).
Pendant deux ans, au sein du même CDN, j'ai contribué à la création du Laboratoire d'imaginaire social : un vivier où techniciens, comédiens, metteurs en scène se proposent de créer dans l'urgence, d'inviter le spectateur à s'immerger dans la « fabrique » de théâtre. Depuis, un réseau s'est formé, aux ramifications multiples, qui regroupe différentes tendances, talents, compagnies. Notre point commun est que nous nous sentons proches, tous, de ceux qui aujourd'hui travaillent à « désemplir » le théâtre, à le débarrasser de ses oripeaux et lui ramener d'autres éléments, d'autres savoir-faire. Pour le dire vite, nous n'avons ni fascination, ni complexe morbide avec les nouvelles technologies (nous avons grandi dedans). Il en va de même avec la culture « populaire », avec les matériaux « non nobles » avec le graphisme par exemple, ou avec la mode, la publicité ou la com' ; avec aucune de ces formes/signes, langages qui nous entoure. Je mets un point d'honneur à traiter des problèmes contemporains, pourvu qu'ils brûlent. Je ne me réclame d'aucun genre/style ou subterfuge dramaturgique, je ne pense pas contre les formes d'écriture habituelles au théâtre, je pense sans. Parmi mes références comptent nombre de poètes/performeurs contemporains (Giorno, Acker, Tarkos, Bouvet, Arlix, Fiat, Cooper, Giraudon, Heidseick, Levé, Ono, Dustan, Nijinski, Handschin, Lopès et j'en passe...), mais aussi, quelques « dramaturges » hors pairs (Garcià, Rambert, Duyns...). J'aime que le texte soit un élément parmi d'autre de la machine théâtrale, comme le son et la lumière, j'aime qu'il reste quelquefois à la périphérie. Je travaille toujours l'écriture proche de l'acteur, jamais a priori, toujours pour du vivant, du présent. Fées et Res/Persona, sont édités aux Solitaires Intempestifs.
2005 : Je viens tout juste de terminer au CDN une création intitulée  Borderland . J'ai reçu cette année la bourse d'écriture du Centre national du livre.
J'ai trois milliards de projets."
Ronan Chéneau - Janvier 2006
Ronan Chéneau est aussi l'auteur d'un roman : Connecticut (2003, inédit).

 

 | 

Cannibales (2006) ++
Borderland (2005) ++
(2005) ++
(2004) ++
N 13 (2004) ++
Res/Persona-Nous qui avons encore vingt-cinq ans (2003) ++
(2002) ++
(2002 - 2004) ++
(2001) ++
 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z