flèche avantflèche suivant
août 2017
L M Me J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
Alain ASTRUC

Né en 1924 à Paris



«Astruc a été jusqu’ici une sorte de Socrate, Diogène du théâtre, son enseignement fulgurant s’est transmis oralement... Et nous sommes aujourd’hui quelques-uns à continuer à nous en nourrir.» Valère Novarina



Après une formation en architecture et en peinture à l’école des Beaux Arts, Alain Astruc se consacre au théâtre. Il est auteur, acteur, metteur en scène, homme de théâtre et professeur à l’université de Paris VIII (1970-1989).

A partir de 1957 il suit les ateliers de Tania Balachova et à partir de 1958, il est acteur au studio des Champs-Elysées où il joue Molière, Garcia Lorca ou encore Shakespeare.

En 1959 il prend la direction de la troupe du Sabre de bois qui tourne en province, sur les places publiques : expérience fondamentale pour le jeu en plein air devant des publics improvisés.

A partir de 1969 Alain Astruc commence son travail de transmission : il dirige alors différents ateliers de pratiques dramatiques. Ce travail de transmission reste toujours lié à ses propres recherches, en 1975 il créé à Paris VIII un atelier de pratique instantanée : les pièces sont jouées dans l’instant, avec la circulation des énergies, l’invention personnelle et le rapport des forces individuelles. Pièces non répétables, qui ont valeur d’écriture.Son enseignement, sa recherche sur la présence et le texte ont marqué des générations d’étudiants, d’acteurs, d’auteurs.
Il se situe dans une tradition du théâtre liée au texte, à la parole.
Mais là où le théâtre se situe encore dans une représentation dramatique de la parole, Alain Astruc cherche un ordre où la parole même organise une matière sonore et spatiale : « La parole est devenue écriture alors qu’historiquement la parole se moule dans l’écriture * ». Il s'agit alors de faire « basculer la représentation du monde de la vue au monde de la voie ». L’acteur n’est plus dans l’interprétation du texte mais dans l’écriture elle-même. Ecriture qui s’inscrit dans l’espace au-delà même du corps de l’acteur.

« Pour résoudre le problème fondamental du théâtre, c'est-à-dire comment être présent dans un mouvement de l’espace qui doit être vu de l’autre côté, il n’y a qu’une solution : c’est d’être en dehors de tout.* ».( * Alain Astruc, Or, hors, oreille, entretiens sur le théâtre, éditions La Guillotine, 2001. Préface de Robert Abirached ).


Parallèlement Alain Astruc poursuit un parcours de metteur en scène et travaille entre autres sur des textes de Shakespeare, Molière, Ruzante, Ghelderode, Ionesco, Beckett, Duras.


A partir de 1985 il se met intensément à l’écriture. Ses comédies traitent des sujets d’actualité où le pouvoir est renversé par la parole.

En 1986 il écrit Matérialité de l’articulation vocale du corps et du langage. Après plusieurs années de travail tant théorique que pratique ce texte devient Le Regard et la voie/x, une réflexion sur le théâtre qui prend la forme d’un dialogue entre l’acteur et le public (inédit).


En 1989 il fonde Le Théâtre d’Or compagnie avec laquelle il monte et joue plusieurs de ses textes.

Alain Astruc écrit et réécrit plus de 70 pièces, il travaille 17 d’entre elles jusqu’en 2000 dont Les Vioques qu’il interprète au Lavoir Moderne Parisien.

Il meurt à Paris le 2 février 2001.

Depuis, sous l’impulsion de Cécile Duval et Marie Lopès (collaboratrices d'Astruc de 1986 à 2001), la compagnie Le Théâtre d’or poursuit son travail autour des recherches initiées par Alain Astruc.



« Il me semble que l’évolution de votre théâtre vous induit à des dramaturgies qui vous impliquent personnellement, pour ne pas dire dangereusement (je veux dire que vous allez délibérément au devant du danger), en mettant en scène le père face au fils, l’écrivain en face de son public, dans un effort extrême pour jeter entre l’un et l’autre un pont de langage qui justifie la folie de l’écriture et le défi démesuré au monde que lance toute vraie et grande entreprise du théâtre». Robert Abirached, 1997.

 

théâtre | 

théâtre
Le Ménage est fait (1999) ++
L'Amour vert-de-gris (1999) ++
Le Chinois (1999) ++
La Tarte à la crème (1999) ++
La Mer est si bleue (1999) ++
La Dernière leçon (1999) ++
L'Ile miraculeuse (1999) ++
Le Cul - terreux (1999) ++
Les Vioques (1998 - 2000) ++
Le Voleur de Bagdad (1998) ++
L'Homme qui regardait la télé (1998) ++
Comme au théâtre (1997 - 1999) ++
Pourquoi m'as-tu abandonnée ? (1993 - 1998) ++
Koweit mon amour (1990 - 1991) ++
L'Infirmière et la putain (1989 - 1999) ++
La Représentation d'Or (1987 - 1997) ++
Le Rouge et le vert (1950 - 1999) ++
Terre (1950 - 2000) ++
 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z