flèche avantflèche suivant
mai 2017
L M Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Francis COULAUD

Né en 1967 au Puy en Velay, Haute Loire

Formé au conservatoire national de région de Lyon, Francis Coulaud travaille de 1990 à 1999, en tant que comédien avec la compagnie Lhoré Dana. Il participe à l’élaboration des différents projets de la compagnie autour de l’écriture contemporaine et de sa diffusion auprès d’un large public.

Il est l'un des fondateurs du collectif d'artistes Le Larynx.

Avec la complicité d'Alain Liévaux, le collectif s'installe au Théâtre du Merlan, et entreprend une recherche pluridisciplinaire autour du langage et de ses détours poétiques.

C’est au sein de ce projet qu’il commence à écrire, en parallèle à son métier d'acteur.

Après avoir écrit plusieurs textes courts pour Le Larynx, il écrit BOZ, en 2004 pièce pour laquelle il reçoit une bourse de la DMDTS.
Il est accueilli en Septembre et octobre 2005 en résidence à la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon, où il finalise la rédaction d'un nouveau texte théâtral Guerres.
En 2006, il écrit les textes du spectacle Triptyque (Cie La Maquina), représenté au théâtre de Draguignan en mars 2006 et une partie des textes de Phénomènes Acoustiques pour le collectif le nom commun (groupe qui explore l'improvisation et la polyphonie contemporaine a capella), dans lequel il chante depuis 2004.

Il reçoit la bourse de découverte du Centre national du Livre en juillet 2006 pour Les Mots Loups.


« J'ai grandi dans mon parcours d'acteur au cœur de l'écriture contemporaine. Gregory Motton, Ghérasim Luca, Daniel Danis entre autres m'ont donné la permission de prendre la parole sur un plateau.

Il s'agit pour moi de contribuer à perpétuer cette langue, ces langues étrangères de la poésie. De poursuivre la notation écrite d'une langue destinée à la transmission orale et au spectacle vivant. De découvrir peut-être d'autres partitions.


Le texte est le rêve. Et non pas le récit d'un rêve.

Il s'agit donc de créer une langue, dont chaque mot est en voie de matérialisation. Une langue concrète, destinée à l'incarnation.
J'interroge le mot dans sa matérialité, dans l'agencement de ses sonorités autant que dans le sens (les sens) que ces sonorités organisent. Un travail d'ouverture du mot, pour l'obtention d'une langue qui parle la poésie, qui la fait sonner et agir. Les mots de cette langue se frottent à leur propre dualité, entre leurs fondations étymologiques et l'évolution de leur signification, entre leurs contenus idéologique, mythiques et l'usage quotidien.

Un langage entre. Une terre. Une patrie nomade peut-être.


J'ai toujours écrit en direction de la transdisciplinarité. J'aime cette contrainte et la souplesse qu'elle applique à l'écriture; que le tissage du texte peut être le cadre d'un métissage entre plusieurs disciplines artistiques. Un croisement de vitesses, de vocabulaires, de gestes différents, dont les mots sont le centre.
Le tissage du texte, dans ses mots, ses phrases, ses dialogues, doit être absolument poreux à une future rencontre avec la chair.

Je souhaite écrire un théâtre pauvre, dénué d'effets. Un théâtre de présences, visibles ou invisibles, sonores, physiques. Un théâtre décidé, engagé dans cette fonction de dire, de livrer et de transmettre. » F.C. - Décembre 2006

 

théâtre | 

théâtre
Les Mots Loups (2006) ++
Guerres (2005) ++
BOZ (2003 - 2004) ++
Étrangers (2001 - 2002) ++
La Cinquième saison (2001) ++
 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z