flèche avantflèche suivant
août 2017
L M Me J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
Marina DAMESTOY

 

Autrice de théâtre et de poésie (revues, Éditions Dé Bleu, Pénultième, Parages, Berluette, la Page Blanche, Xérographes, Remue.net et Publie.net avec François Bon), Marina Damestoy fait ses études supérieures aux Beaux-arts de Cergy ainsi qu'aux facultés de Nanterre, de Paris I en philosophie esthétique et un master à la Central San Martins College of art à Londres. Elle complète sa formation par un troisième cycle universitaire consacré au management des spectacles vivants. Outre une pratique de mise en scène (Les Manipulations aux Amandiers de Nanterre, Le Peuple Clune), elle travaille en tant que rédactrice aux festivals des Antipodes (Scène nationale de Brest), administratrice à la Müller Factory aux Subsistances à Lyon. Elle collabore aux revues Janus (Jan Fabre), Inventaire/Invention, Toc, Cassandre, Mouvement, Bakchich et au journal Le Monde en tant qu'illustratrice. Elle rédige l'essai critique La Topographie de l'art de travers. En tant que chargée du théâtre à Mains d'oeuvres, puis coordinatrice de La Boîte Blanche, elle contribue à favoriser l'émergence d'auteurs et de formes scéniques expérimentales. Elle est aussi l'initiatrice du mouvement social « Génération Précaire » (accès à l'emploi pour les jeunes / droit des stagiaires) et cofondatrice de « Jeudi-Noir » (droit au logement). Elle travaille actuellement au projet /À la rue, O.Bloque, /une version urbaine et scénique issue de l'autofiction /Mangez-moi /(en ligne sur publie.net et éditée chez Publie.papier). Cette pièce est le troisième volet du triptyque /A.M.O/ paru aux Éditions Xérographes.

« /A.M.O /questionne la femme en situation de résistance. Ce projet littéraire et théâtral puise sa source dans trois grandes figures classiques -- Antigone, Médée, Ophélie -- revisitées de façon radicalement contemporaine. Trois étapes féminines vers un glissement hors-la-loi : soutien aux sans-papiers, action terroriste, errance sans domicile. Ces portraits bien distincts indiquent un certain décadrage de soi face au monde et se rejoignent dans la désinsertion. Ils pourraient, chacun selon son axe, faire l'objet de mon autofiction. Ainsi, si je choisis des archétypes fédérateurs, j'aborde la femme en état de révolte et de précarité à partir de ma propre expérience. Antigone et Médée m'ont toujours intéressée pour leur caractère féminin d'insoumise jusqu'à la déraison. L'une, exaltée dans sa quête de justice supérieure aux lois de l'État, l'autre, portée par la force de son héritage. À l'inverse, Ophélie est pour moi la figure pathétique de la victime impuissante. Celle qui a suivi l'autorité du père, sans effronterie, mais qui échoue malgré son désir de bien faire. Lui reste les mots pour témoigner. »

marinadamestoy.com

En résidence du 3 au 20 décembre 2013.
Projet soutenu par l'Arcadi dans le cadre des Plateaux solidaires et par la Fondation E.C.Art-Pomare. Coproduction Hexagone, Scène nationale Arts Sciences - Meylan et Collectif 12. Avec le soutien du CENTQUATRE, du Studio RL, du TARMAC, de la Chartreuse-CNES. En partenariat avec France Culture et la revue Cassandre.
 

 

théâtre | 

théâtre
A la rue, O-Bloque (2012) ++
 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z