Bonne nuit, ne mourez jamais
de : Michèle SIGAL   
 
Texte écrit en : 2000
 
Résumé :

Le coeur du drame est squatté par deux compères rivaux, Old Meyer et Stan Slansky, deux fantômes qui hantent la mémoire de notre théâtre (Meyerhold et Stanislavski) et que j'ai récupérés, longtemps après leur fin respective, c'est-à-dire aujourd'hui en exil à Little Odessa, par ailleurs haut lieu de la mafia russe aux Etats-Unis.
Old Meyer a racheté au prix de la ferraille le Luna Park désaffecté de Little Odessa, avec l'intention d'en faire un dispositif théâtral inspiré de ses fameuses théories constructivistes. Stan Slansky peaufine sa célèbre méthode, qui est en passe de devenir véritablement magique. C'est ainsi que sa dernière élève en date, Elzévire, disparaîtra purement et simplement dans son personnage, réalisant l'utopie théâtrale du maître.
Dans ce dispositif, Old Meyer et Stan Slansky, vieux crocodiles affamés d'Art, grands manipulateurs et apprenti sorciers, se trouvent soumis à l'emprise d'un prédateur, Red Ilitch, fringant malfrat de série B à peine désoviétisé, qui les dépossédera peu à peu de l'espace d'invention et de création qu'ils tentent de construire et d'habiter. Toutefois, Old Meyer et Stan Slansky sont indestructibles, de tout ils sortent gravement indemnes. On ne peut pas les arrêter, encore moins les achever, seulement les suspendre.

 
Personnage(s) : 4
1 femme(s)
3 homme(s)
Autre(s) personnage(s) : Une ombre, une voisisne.
 
Editions :
Les Solitaires Intempestifs (2003)
 
Création(s) :
— Agathe ALEXIS - Compagnie : Agathe Alexis / Lieu : CDN Nord Pas de Calais / Année : 2004 /
création radio : Michel Sidoroff, Nouveau répertoire dramatique, France Culture, 2001.
 
Traduction(s) : 
anglais (titre traduit : Good niht, don't ever die) par : Philippa Wehle (2002)
 

 
Retour à la liste des œuvres.